MENU / RECHERCHE
VOUS RECHERCHEZ
Publicité
Accueil > sport et voyages > sport > contre-indications au sport

Contre-indications au sport

À LIRE DANS CET ARTICLE
Contre-indications au sport
À LIRE AUPARAVANT

Sport

Définition

Les contre indications sont rares et se limitent le souvent à un sport ou à une activité plutôt qu'au sport en général. Le rôle du médecin est de :

  • Fixer les limites de l'interdit
  • Réfléchir avec son patient à une activité physique qui lui sera profitable.
  • Examiner jusqu'où il est vraiment nécessaire d'interdire définitivement le sport.

Sachez qu'on arrive pratiquement toujours à trouver une solution pour avoir une activité sportive, d'autant que le sport pratiqué dans des conditions bien établies est considéré avant tout comme une activité de prévention pour la santé et de rééducation en cas de maladie ou d'accident.

Les contre-indications absolues

  • Définitives : cela signifie supprimer tous les sports quels qu'ils soient s'ils risquent d'aggraver l'état de la personne.
  • Temporaires : cela signifie qu'il ne faut pas faire de sport pendant la phase aiguë d'une affection, et ne le reprendre que lorsque la guérison est complète.

Contre indications relatives

  • Cela signifie qu'il ne faut pas pratiquer certains sport si l'on se trouve dans certaines situations de santé ou atteint de certaines maladies. Ces interdits dépendent du niveau de pratique visé, de l'objectif fixé et du sport pratiqué.
  • Ces interdits sont parfois découverts au cours d'une visite d'aptitude mais ils peuvent l'être aussi au cours d'une consultation chez le médecin pour un symptôme ou une maladie.
    Toute prise de position les concernant doit être en accord avec un médecin spécialisé. Ils seront supprimés après un nouvel examen médico-sportif complet.
    Ces contre-indications sont classées par spécialités ou par ensemble de maladies (lorsque celles-ci touchent ieurs les spécialités).

Contre-indications par spécialité

Cardiologie

Les contre-indications absolues

Elle peuvent être définitives :

Elles peuvent être temporaires :

  • Les infections virales comme la péricardite jusqu'à guérison.
  • L'hypertension artérielle jusqu'à stabilisation par un traitement.
  • Phlébite et troubles veineux infectieux jusqu'à guérison.
  • La coarctation de l'aorte
  • Certains infarctus jusqu'à guérison complète et sur avis médical.

Les contre-indications relatives

Sont interdits :

  • les sports présentant des différences de pression (plongée, altitude).
  • les sports qui nécessitent des efforts violents en apnée (la respiration bloquée comme l'haltérophilie, les courses de vitesse, certains sports collectifs).

Sont conseillés avec modération,

  • le cyclotourisme,
  • la marche,
  • la course de fond,
  • le ski de fond,
  • le tir.

Etats n'entraînant aucune contre-indication quelque soit le niveau :

  • Les coeurs rapides d'origine nerveuse (tachycardie neurotonique).
  • Les extrasystoles d'origine neurotonique (nerveuses).
  • Les souffles cardiaques  sans anomalie cardiaque.
  • L'hypertension neurotonique.
  • La mauvaise circulation veineuse.
  • Une communication entre deux oreillettes (communication interauriculaire)

Il est conseillé de consulter si possible un médecin du sport afin qu'il puisse au mieux vous orienter sur le sport le mieux adapté à votre personnalité, ou quelque soit le problème qui vous préoccupe.

Dermatologie

Il n'y a que des interdits temporaires et relatifs.

  • Eczéma : pendant sa durée, les sports nautiques et allergisants sont contre-indiqués.
  • Mycoses et infections cutanées : pas de sports nautiques jusqu'à guérison complète. L'accès aux piscines est interdit durant cette période.
  • Les allergies : quelle que soit leur localisation, elles interdisent la plongée subaquatique jusqu'à guérison complète.

Endocrinologie

Les contre indications absolues

Elles peuvent être définitives :

Elles peuvent être temporaires : C'est le cas de tout dérèglement d'une glande jusqu'à ce que son traitement soit équilibré. Par exemple l'hyperthyroïdie

Les contre Indications relatives

  • Le diabète traité par insuline et bien équilibré. Sont déconseillés : les sports nécessitant des dépenses d'énergie variables d'un entraînement à l'autre. Exemple : les sports mécaniques, de haute altitude, la plongée, la natation en solitaire. Sont conseillés : marche, cyclisme, natation, athlétisme.

Gynécologie

  • Il n'y a que des interdictions temporaires et relatives :
    L'allaitement : pas de sport durant cette période. La reprise du sport se fera 1 mois après le sevrage.
    Grossesse difficile : en particulier lorsqu'il y a menace de fausse couche . Cela implique le repos et un traitement adapté. Pas de sport durant toute cette période.
  • La grossesse normale : sont interdits les sports traumatiques dès le début, et les sports de compétition au début du deuxième mois.
  • Autres problèmes n'interdisant pas le sport ni son interruption : une puberté retardée, les troubles des règles, la ménopause

Rhumatologie

Les contre indications absolues

Définitives : le Rhumatisme inflammatoire chronique.

Temporaires :

  • Les arthrites infectieuses (présence d'un microbe dans une articulation). Il faut 2 à 3 mois de repos après guérison complète pour une arthrite à germe banal et 8 mois pour une arthrite tuberculeuse.
  • Fractures , luxations , entorses : la reprise est en fonction de la durée de l'immobilisation et de la rééducation.

Les contre-indications relatives

  • Goutte et arthrose : pas d'interdictions s'il n'y a pas répercussion sur les régions douloureuses.
  • Les anomalies lie la colonne vertébrale : tous les sports à retentissement vertébral sont interdits en particulier les sports de combat, haltérophilie, parachutisme, équitation, sauts etc.
  • Sont considérés comme sports de rééducation : la natation, le basket-ball, le volley-ball.
  • Aucun interdit pour l'affaissement de la voûte plantaire (pieds plats).

Maladies générales

  • Un certain nombre de maladies générales comme le cancer en phase d'évolution, la leucémie , les anémies , la polyglobulie (trop de globules rouges).
  • L'hémophilie interdit de façon absolue le sport pour ne pas faire courir le risque à la personne. Il faut en effet éviter tout sport où le risque traumatique est évident, mais surtout les sports au cours desquels il serait difficile de venir en aide au patient (lieu éloigné de tout centre hospitalier)

Maladies infectieuses

  • Elles n'interdisent aucun sport.
    Il n'y a que des contre-indications temporaires, c'est à dire un arrêt durant la phase de maladie jusqu'à guérison complète. Il doit s'ensuivre une période de repos. Les maladies infectieuses posent le problème du délai de reprise. Il est souvent difficile de faire admettre au sportif et à son entourage la nécessité d'un arrêt d'activité après un épisode infectieux.
    Il faut pourtant rappeler le risque de myocardite (inflammation du muscle du coeur) après une infection virale banale, ainsi que la contagion possible de l'entourage au cours des maladies infantiles.

Les contre-indications selon les maladies :

  • La scarlatine : Pas de sport durant 1 mois environ. Reprise après s'être assuré de l'absence d'une localisation du microbe au niveau du coeur et des articulations. Une prise de sang vérifiera en fin de traitement que les ASLO (anticorps présents dans le sang) sont normaux.
  • Varicelle et rubéole : la reprise se fera du 15e jour en fonction de l'état de forme du sujet.
  • Coqueluche : Très rare depuis le vaccin. Pas de sport durant la phase contagieuse (3 semaines). Reprise après un délai de 2 mois.
  • Oreillons : Repos à la maison durant 15 jours pour éviter le risque de complications (surtout chez l'adulte) Reprise à la 4e semaine.
  • Mononucléose infectieuse : la guérison est longue : 2 à 3 semaines. La fatigue peut persister 2 mois. Pas de sport durant cette période.
  • Hépatite virale  : Pas de sport durant au moins 2 mois. Reprise du sport que sur des examens de sang normaux. Les épisodes grippaux : arrêt du sport au minimum 10 jours pour éviter le risque de myocardite.
  • Le Rhumatisme articulaire aigu : Traitement antibiotique durant 5 ans. Repos prolongé durant un an. Reprise du sport en l'absence de localisation du microbe sur le coeur. Les examens de sang doivent être parfaitement normaux.

Néphrologie

Contre indications absolues

Définitives : ce sont les glomérulonéphrites chroniques.

Temporaires :

  • La glomérulonéphrite aiguë due à un microbe : l'arrêt est variable et la reprise se fait lors de la disparition des saignements dans les urines.
  • La pyélonéphrite : reprise du sport après guérison complète, du repos à deux semaines.

Contre-indications relatives

  • L'insuffisance rénale chronique où le rein joue mal son rôle d'épurateur : pas de sports au froid, violents, d'intensité inégale. Sont conseillés les sports d'entretien (natation, marche, jogging).
  • Les malformations rénales. Le rein unique : pas de sports avec risque de choc lombaire (rugby, sports de combat...). Pas de sports avec risque de chute (équitation).
  • Ne présentent aucun interdit : L'albuminurie orthostatique (albumine dans les urines uniquement en station debout) ; la protéinurie d'effort (protéine dans les urines uniquement à l'effort) ; le diabète insipide (mictions trop fréquentes dues à un déficit hormonal).

Neurologie

Les contre indications absolues

Définitives : Les myopathies dégénératives (maladie du muscle permanente avec fonte musculaire). A noter que la natation entre dans le cadre de la rééducation.

Temporaires :

  • La méningite jusqu'à guérison complète sans complication.
  • Le syndrome de Guillain Barré (paralysie des membres d'origine virale) : la reprise sera très progressive sous contrôle kinésithérapique dès la guérison. Sport conseillé : la natation.

Les contre-indications relatives

  • L'épilepsie : interdit les sport d'altitude, de plongée, de combats, mécanique. Pas de natation si elle n'est pas surveillée.
  • La sclérose en plaques : pas d'interdits tant qu'elle permet de bouger normalement. Bien au contraire : bouger.
  • Les vertiges : quelque soient leurs origines, ils interdisent : les sports d'altitude et de plongée, la gymnastique, la boxe.
  • Les troubles psychiatriques interdisent tous les sports à risque ou pratiqués en milieu hostile. En revanche certains sports de combats comme la lutte ou le judo peuvent aider à la réinsertion.

ORL

Contre indications absolues

Il n'y a pas d'interdits définitifs, mais que des interdits temporaires : Otite aiguë et sinusite aiguë : reprise huit jours à un mois après le traitement en fonction du sport pratiqué. Attention aux sports d'altitude et de plongée.

Les contre indications relatives

  • Plasties de tympan (greffe). Sont interdits : la natation jusqu'à cicatrisation, la plongée et le parachutisme définitivement.
  • Otospongiose : sont interdits définitivement : plongée, parachutisme, voltige, tir à l'arc.
  • Fracture du nez : en l'absence de protection, arrêt des sports de ballon.
  • Trachéotomie avec canule à demeure : sont interdits tous les sports nautiques et les sports à glotte fermée comme l'haltérophilie.
  • Extraction des amygdales : arrêt du sport pendant 3 semaines.
  • Angines, pharyngites, laryngites : arrêt du sport pendant 8 jours.
  • La surdité avec un déficit égal ou supérieur à 40 décibels : sont interdits les sports aériens de plongée et les sports d'équilibres.
  • Otite chronique : arrêt absolu de tous les sports aquatiques si la membrane du tympan est atteinte.

Ophtalmologie

Contre indications absolues

Il n'y a pas d'interdits définitifs, mais que des interdits temporaires. La conjonctivite : arrêt de tout sport nautique jusqu'à la guérison.

Contre indications relatives

Pneumologie

Contre indications absolues

Définitives :

  • L'essoufflement permanent au repos (insuffisance respiratoire chronique sévère).
  • L'emphysème pulmonaire généralisé (destruction des alvéoles)

Temporaires :

  • La bronchite aiguë : reprise au bout de 3 semaines, en fonction de l'examen et des radios,
  • La pneumonie, les pleurésies, la tuberculose. Pour ces 3 maladies : repos prolongé (2 à 3 mois) après guérison complète.
  • Le pneumothorax spontané (décollement du poumon de la paroi) : repos prolongé (2 mois après guérison complète). Seront définitivement interdits : a plongée subaquatique, l'haltérophilie, le parachutisme. Modération pour la haute montagne.

Les contre indications relatives

  • La bronchite chronique : éviter les activités exposant au froid et à l'humidité.
  • L'emphysème peu étendu et la BPCO : interdiction des sports d'altitude et de plongée.
  • L'asthme : les interdictions sont de moins en moins nombreuses. Interdiction formelle : sports d'altitude et de plongée. Prudence pour tous les sports qui se pratiquent en apnée comme les courses de vitesse (sprint).  Evitez les sports exposés à la poussière: sports en salle, équitation. Sports conseillés : le cyclisme, la marche de fond, la natation.
publicité


Termes associés : santé - sport -
L'information ci-dessus apporte les éléments essentiels sur ce sujet. Elle n'a pas vocation à être exhaustive et tout comme les conseils, elle ne peut se subsister à une consultation ou un diagnostic médical.

Publicité
Publicité


TÉMOIGNEZ
TÉMOIGNAGES SUR CE THÈME (1)

  • Emphysème pulmonaire et piscine
    Par ancien plongeur
    Le 15/07/2014 14:12:56
    Réponse(s) : 2
    Non, la plongée est interdite en cas d'emphysème, surtout dans la zone des 10 mètres. Mais la meilleure solution demeure la consultation d'un médecin hyperbare. Tout ce que l'on pourra vous dire sur...

Article créé, modifié ou vérifié par
Médecin généraliste, sexologue
Dernière mise à jour, le 11/06/2015


À LIRE AUSSI


|


Publicité
publicité
Vous souhaitez rejoindre nos partenaires, alors n'hésitez ez-nous
VOIR NOS PARTENAIRES
farm-pump-ua.com/sustaver.html

левитра 40 мг купить