MENU / RECHERCHE
VOUS RECHERCHEZ
Publicité
Accueil > psy > fonctions du cerveau > mémoire : des réponses à vos questions

Mémoire : des réponses à vos questions

Mémoire : des réponses à vos questions

Qu'est ce que la mémoire ?

La mémoire est une fonction mentale complexe qui permet d'enregistrer, stocker et récupérer (rappeler) des informations très diverses (souvenirs, connaissances générales, procédures à maitriser…). On peut de nos jours étudier à la fois les performances mnésiques (troubles ou bonnes performances), et le fonctionnement du cerveau.

Comment fonctionne la mémorisation par le cerveau ?

La mémorisation fait l'objet de beaucoup d'études. Par des études sur les maladies, les lésions du cerveau, on déduit l'implication de certaines régions du cerveau dans les processus mnésiques. Ainsi, à partir d'une opération du cerveau dans un cas d'une épilepsie grave qui touchait les lobes temporaux (le patient H. M., décédé récemment), on a pu déduire l'importance de l'hippocampe dans la mémorisation.

On utilise des techniques d'imagerie cérébrale chez les sujets sains et malades, montrant l'implication dans l'activité de mémorisation :
- de l'hippocampe (structure clé dans différents processus mnésiques)
- de réseaux responsables des opérations d'encodage (régions frontales et hippocampe),
- des réseaux responsables des opérations qui ont lieu pendant la phase de consolidation (différentes parties du cortex cérébral),
- des régions cérébrales responsables de la récupération en mémoire (hippocampe et cortex frontal).

Il n'y a pas qu'une seule région du cerveau impliquée, mais des réseaux très étendus impliquant différentes régions du cerveau.

Y a-t-il une évolution dans la mémoire de l'homme ?

On n'a pas de raison de penser que la structure génétique de l'homme se soit modifiée depuis l'homo sapiens de la préhistoire. Mais la mémoire humaine est liée à une relation au monde extérieur et à des supports de mémoire extérieure. Quand il n'y avait pas d'écrit mais seulement le langage, une forte tradition orale se transmettait, et donc la mémorisation, par les personnes compétentes, sans support extérieur. Il y a 5000 ans et longtemps après, l'écriture était réservée à des érudits ou à des personnes spécialisées. Depuis quelques centaines d'années, l'imprimerie a permis de mettre sur papier l'information conservée par ailleurs dans des bibliothèques. Maintenant, l'ordinateur permet d'avoir accès à une somme considérable d'informations via internet.

Le type d'information étant différent selon les époques, le besoin de mémoriser est différent ; ceci exerce une influence sur le cerveau qui s'adapte à une nouvelle donne.

Certains y voient un recul, d'autres une avancée par l'accès à beaucoup d'informations. Le débat est intéressant et concerne la façon d'utiliser ces informations de façon efficace et rationnelle pour les synthétiser. L'important pour l'individu est de s'approprier les informations.

Quels sont les différents niveaux de mémoire ?

Il existe ieurs systèmes de mémoire pour lesquels les régions du cerveau sont impliquées différemment :
- La mémoire procédurale (ou mémoire des habitudes, formées au fil du temps). Chez l'homme, cela correspond à des apprentissages ou moins complexes (vélo, ski, piano…).
- La mémoire perceptive (visage, pays, rue…) : Au avec des informations perçues antérieurement, le cerveau les traite vite car elles s'imposent comme une image familière.

Ces deux systèmes de mémoire sont déjà performants chez les animaux (même ceux qui sont peu évolués) et le petit enfant. Sur ces bases vont évoluer des formes complexes :

- la mémoire du travail (ou à court terme), qui permet de rassembler l'information dans le présent pour une tâche particulière, ou mobiliser des ressources attentionnelles pour une tâche particulière,
- la mémoire sémantique qui permet de former des connaissances générales sur le monde (ex : Paris, capitale de la France), ou sur soi-même (ex : je suis professeur).
- La mémoire épisodique (la mémoire des souvenirs ; samedi, j'ai fait telle activité). La mémoire épisodique donne l'impression de revivre l'évènement. Elle permet aussi d'envisager le futur (projection vers le futur).

A-t-on un capital mémoire à la naissance ?

La mémoire est bien sûr fondée sur un capital génétique. Un homme a une capacité mnésique qui est propre à cette espèce, mais l'environnement influe beaucoup sur les capacités mnésiques… La mémoire est plurielle en fonction des intérêts de chacun qui développe certaines compétences (ornithologie, peinture...). Il est donc difficile de différencier l'aspect des intérêts et des compétences.

Qu'est ce qui est différent chez ceux qui ont une mémoire absolue comme Mozart ou Bobby Fischer ?

Les génies sont bien sûr une exception. Le génie de Mozart a été aussi façonné par son éducation, notamment par son père. Les travaux effectués sur les grands champions d'échecs montrent qu'ils ont une mémoire particulière qui leur permet de mémoriser en quelques secondes et simultanément un grand nombre de jeux d'échecs, et de jouer sur ieurs jeux en même temps. Pour eux, la configuration de l'échiquier a du sens. Leur mémoire est spécifique à un domaine particulier.

Chez certains autistes, la performance mnésique est exceptionnelle dans des domaines spécialisés, , mais elle est normale ou limitée par ailleurs.

Les capacités de mémoire sont-elles héréditaires ?

Sauf en cas de maladie particulière, la mémoire est une aventure culturelle, une interaction avec l'environnement. Elle se façonne, se cultive tout au long de la vie d'un individu, en lien avec ses interactions sociales.

Quelle est la part de la volonté dans la mémorisation ?

La mémorisation dépend du type d'information à retenir. On retient certaines informations de façon automatique, sans prêter attention. D'autres informations demandent un travail complexe d'organisation, de planification. Les fonctions exécutives permettent à la mémoire de se développer chez les enfants. Les personnes qui vieillissent connaissent au contraire un déficit de ces fonctions.

Est-ce que les jeux d'observation/mémorisation aident à améliorer sa mémoire ?

Il faut prendre ces jeux d'observation/mémorisation comme des jeux de cartes ou autres, c'est-à-dire une activité de loisir comme une autre. Ils n'ont pas d'autre vertu que le jeu lui-même, l'instrument n'évite pas les problèmes de mémorisation. Cependant, ces jeux de mémorisation sont intéressants s'ils sont pratiqués avec une autre personne.

Quelle est la part de la sensation (odeur, toucher, son…) dans la mémorisation ?

La mémoire s'appuie sur des canaux sensoriels avec des différences individuelles dont on ne connait pas la source (sensation visuelle, auditive ou olfactive). Les odeurs, les goûts ont été décrits par les romanciers. Il y a des raisons anatomiques car les régions du cerveau impliquées dans ces modalités sensorielles (olfaction, gustation) sont en prise directe sur le système limbique (hippocampe).

Un souvenir est un ensemble de représentations sensorielles qui vont s'activer. Il y a donc un aspect multi-sensoriel dans le souvenir.

Le stress/l'émotivité perturbent-t-ils la mémoire ?

Les liens entre l'émotion et la mémorisation sont complexes. Un peu d'émotion ou de stress facilite la mémorisation.
Si l'information est ennuyeuse, la mémorisation est au contraire limitée.
Si l'information est violente, les mécanismes du cerveau connaissent une production d'endorphines qui perturbent le fonctionnement de la mémoire et le travail de synthèse de la mémorisation. Certains éléments de la scène vécue sont oubliés, d'autres restent présents. Si le souvenir traumatique s'impose, on revoit l'image, on revit dans le présent la perturbation.

A-t-on inconsciemment une mémoire sélective (de ce qui nous plaît, nous intéresse, nous perturbe..) ?

Deux personnes qui vivent une scène identique auront une mémorisation différente selon les intérêts de chacun. La mémoire est très sélective en rapport avec les intérêts du sujet et avec ses projets. Il y a une certaine déformation de la réalité pour se mettre en accord avec les intérêts du sujet. Mais le cerveau doit être capable de contrôler pour que les souvenirs soient vrais, même s'ils sont transformés au cours des processus de mémorisation.

Une bonne hygiène de santé en général (alimentation, sport, sommeil…) contribue-t-elle à la mémoire ?

Pour avoir une bonne mémoire, il faut respecter les principes d'une bonne hygiène de vie, c'est-à-dire une alimentation variée et de l'activité physique. Le sommeil a un lien très fort sur la mémorisation, la diminution du sommeil chez les personnes âgées entrainant un effet négatif sur la mémoire. Il faut éviter tous les abus, corps gras, tabac, alcool.
Le couplage marche/activités sociales et intellectuelles a un effet bénéfique sur la mémoire. Cela comprend une planification de sorties, voyages, rencontres.

Il n'y a pas de recette absolue, mais il a été démontré que surtout l'activité physique « énergique » a un effet positif sur la mémoire.

Les premiers signes de perte de mémoire doivent-ils alerter sur la maladie d'Alzheimer ?

S'il y a une inquiétude, le mieux est de consulter. Mais il faut savoir raison garder.
publicité


L'information ci-dessus apporte les éléments essentiels sur ce sujet. Elle n'a pas vocation à être exhaustive et tout comme les conseils, elle ne peut se subsister à une consultation ou un diagnostic médical.

Publicité
Publicité


TÉMOIGNEZ
TÉMOIGNAGES SUR CE THÈME (1)

  • Le jeu pour améliorer la mémoire
    Par suzanne claude
    Le 30/04/2015 14:56:28
    Réponse(s) : 0
    je lis beaucoup, et note les mots que je ne connais pas. Le fait de les écrire et d'en connaitre le sens m'aide à les mémoriser. Les jeux de cartes, qui obligent à 1 certaine concentration,...

Article créé, modifié ou vérifié par
Neuropsychologue
Dernière mise à jour, le 02/07/2013


À LIRE AUSSI

  • Mémoire
    La mémoire est la faculté du cerveau qui permet d'enregistrer des souvenirs et d'y accéder de nouveau. ...
    Mémoire et sommeil
    Oui, le lien entre mémoire et sommeil est très étroit. En amont, le sommeil prépare le cerveau à...
  • Entretenir sa mémoire
    La prévention doit se concevoir tout au long de la vie. Le vieillissement est un processus qui démarre...
    Perte de mémoire
    Une perte de mémoire peut être occasionnelle et sur des points limités. Lorsque cette perte de mémoire...
  • Troubles de la mémoire
    Les troubles de la mémoire sont des déficiences brutales, ou progressives, temporaires ou ...
    Amnésie
    L'amnésie est pratiquement synonyme de trouble de la mémoire. Les médecins utilisent ce mot en le...

|


Publicité
publicité
Vous souhaitez rejoindre nos partenaires, alors n'hésitez ez-nous
VOIR NOS PARTENAIRES
https://medicaments-24.com/

https://www.steroid-pharm.com

cialis-viagra.com.ua