MENU / RECHERCHE
VOUS RECHERCHEZ
Publicité
Accueil > santé au quotidien > à la montagne > lutter contre le manque d'oxygène (hypoxie) (rando, trek, montagne)

Lutter contre le manque d'oxygène (hypoxie) (rando, trek, montagne)

À LIRE DANS CET ARTICLE

Point de départ

En altitude la baisse de pression atmosphérique s'accompagne d'une baisse de pression en oxygène ce qui le rend de moins en moins disponible pour l'organisme.
Pour évoluer dans un environnement inhospitalier, l'homme est capable de mettre en place des mécanismes de défense, soit de manière volontaire en suivant un programme d'entraînement, soit en laissant son organisme s'adapter et s'acclimater.

Entrainement

L'entrainement contribue à l'amélioration des performances en habituant l'organisme à subir des charges de travail importantes et à augmenter ses capacités d'endurance à l'altitude.

L'entraînement apprend à gérer l'effort, à économiser les réserves énergétiques, chose indispensable en altitude.

X

Lutter contre le manque d'oxygène (hypoxie) (rando, trek, montagne) en vidéo


Test à l'hypoxie A l'occasion d'un défi entrepris par Guillaume Prébois, cycliste, le professeur Richalet explique ce qu'est le test de résistance à l'hypoxie destiné à évaluer la capacité de s'adapter à l'altitude.

Adaptation

Les premiers mécanismes physiologiques mis en place de façon involontaire sont l'augmentation de la fréquence cardiaque et l'augmentation de la fréquence ventilatoire pour compenser la baisse de pression en oxygène dans le sang.

Acclimatation

Ce sont les mécanismes économiques qui se mettent en place à condition que l'organisme bénéficie d'un peu de temps.Pour compenser les effets de l'hypoxie, la production de globules rouges se multiplie : c'est la polyglobulie. Elle commence à être efficace dès le sixième jour en altitude.La fréquence cardiaque reste élevée, mais un mécanisme de contrôle naturel se met en place pour l'empêcher d'être trop rapide, ce qui limite ses possibilités mais protège le cœur de l'infarctus.Le corps doit absolument modifier la répartition de l'eau dans l'organisme au risque de développer des œdèmes…Pour que cette acclimatation se produise, il faut que le séjour en altitude dure et qu'il soit suffisamment haut. L'altitude de 3 000 mètres est considérée comme palier nécessaire au déclenchement de réactions efficaces.

L'acclimatation protège le cœur contre l'infarctus

Au bout d'une semaine à de 4000 mètres, la fréquence cardiaque maximale diminue, comme si le cœur ne voulait répondre à un exercice physique important. En fait, cette limitation naturelle est due à la baisse de sensibilité des béta-récepteurs du myocarde. C'est à leur niveau que l'adrénaline agit pour augmenter la fréquence cardiaque en temps normal. Après acclimatation, ces récepteurs se masquent et l'adrénaline n'agit .

Bien que cette modification soit responsable d'une baisse de performance, elle protège le cœur d'une demande insolvable en oxygène, rare à cette altitude.


Acclimatation pour un sommet de moyenne altitude (3000 à 5000 m)

L'ascension du mont Blanc est trop souvent de celles que l'on pense pouvoir aborder sans préparation. Beaucoup s'y engagent pour la première fois sans se donner les moyens de réussir. Trop pressés, ils préfèrent compter sur le seul entraînement physique. Pourtant, les statistiques parlent d'elles-mêmes puisque parmi les prétendants, quatre alpinistes sur cinq n'atteignent pas le sommet. Et la plupart n'en garderont qu'un mauvais souvenir puisque trois sur cinq auront souffert de maux de tête ou de vomissements.

La pression en oxygène disponible au sommet du mont Blanc est réduite presque de moitié, ce qui altère de façon évidente les capacités physiques humaines. La dépression mécanique exercée sur les cellules et sur les organes creux n'est pas sans effet sur les réactions physiologiques de l'organisme. Pour en avoir une idée, il suffit d'observer une bouteille en plastique étanche que l'on a emportée en altitude : elle a gonflé !

La théorie :

La production de globules rouges supplémentaires pour faire face au manque d'oxygène démarre dès que l'organisme est soumis de six heures à une altitude supérieure à 3000 mètres. Il faut six jours pour que ces globules rouges acquièrent leur efficacité.

La pratique :

Sachant cela, il est facile d'établir un programme qui stimule l'organisme les premier et deuxième jours en réalisant une course aux alentours de 3500 mètres. Avec, en , une nuit à cette altitude, les bénéfices de cette acclimatation seront probants quatre à cinq jours tard et l'ascension du mont Blanc pourra se dérouler dans de bonnes conditions.

Acclimatation pour un sommet de haute altitude (5000 à 8848 m)

Les statistiques démontrent que la haute altitude est souvent le lieu d'expression et d'épanouissement de l'homme ou la femme mûr. Avec l'âge, on sait mieux se préserver, respecter les règles d'ascension, gérer l'effort et faire preuve de patience ; l'esprit de compétition fait place à l'humilité.

L'acclimatation est la pièce maîtresse de la réussite et chacun doit la gérer en fonction de ses réactions. Toutefois, 5% des alpinistes ne parviennent pas à s'acclimater. Face à l'hypoxie, certaines personnes ne ressentent aucun signe alors que d'autres réagissent violemment. Si c'est le cas, ne désespérez pas, nombreux sont ceux qui après avoir vécu des moments difficiles lors de la marche d'approche se sont retrouvés au sommet de l'Everest, tandis que d'autres, apparemment solides n'ont jamais dépassé la barre des 7000. Il faut savoir prendre son temps.

La période idéale pour réussir un sommet de de 8000 mètres se situe entre la troisième et la sixième semaine d'expédition. Avant, l'acclimatation n'est pas optimale, après, l'épuisement se fait sentir. Dans l'intervalle, l'alpiniste perd la grande partie de son poids en graisse, ce qui améliore ses performances en même temps que la production de globules rouges croît. Par ailleurs, dans ce laps de temps, il se trouve dans une phase combative.

Au-delà de cette période, les chances s'amenuisent. Au-dessus de 5000 mètres, l'organisme récupère mal, la digestion perd de son efficacité et la constitution de réserves énergétiques devient difficile. Après six semaines, l'organisme puise dans son stock protéique, ce qui diminue les capacités musculaires.

publicité


L'information ci-dessus apporte les éléments essentiels sur ce sujet. Elle n'a pas vocation à être exhaustive et tout comme les conseils, elle ne peut se subsister à une consultation ou un diagnostic médical.

Publicité
Publicité


TÉMOIGNAGES SUR CE THÈME

Soyez le premier à témoigner sur le thème "Lutter contre le manque d'oxygène (hypoxie) (rando, trek, montagne)" TÉMOIGNEZ

Article créé, modifié ou vérifié par
Médecin urgentiste, Guide de Haute Montagne
Dernière mise à jour, le 02/10/2010


À LIRE AUSSI


|


Publicité
publicité
Vous souhaitez rejoindre nos partenaires, alors n'hésitez ez-nous
VOIR NOS PARTENAIRES
www.pharmacy24.com.ua/

pills24.com.ua

www.pills24.com.ua/vimaks/vimakss